Ney, d'origine très modeste son père est tonnelier s'engage dans un régiment de hussards en 1787. Sous la Révolution, il combat aux frontières où il est remarqué par Kléber en 1794. Ses hommes lui ont déjà donné un surnom : "l'Infatigable. Il est promu général de division.

En 1803, Bonaparte lui confie le VIème corps d'armée. L'année suivante, il le fait maréchal. Ney n'a pas son pareil pour mener les attaques, Il est partout. Ulm, victoire qui lui vaudra en 1808 le titre de duc à Iéna, le 14 octobre, à Eylau (8 février 1807), à Friedland, Le maréchal jouit maintenant d'une immense réputation et de l'adoration de ses soldats.

De 1808 à 1811, Ney sert en Espagne et au Portugal. Il est chargé de préparer un des corps d'armée qui va envahir la Russie. Cette campagne sera la plus glorieuse du maréchal. Il obtient le titre de prince de la Moskowa et le surnom, par Napoléon, de "brave des braves". Lors de la retraite, il fait des prodiges. Chargé de l'arrière- garde, harcelé par les ennemis, il parvient miraculeusement à rejoindre Napoléon avant le passage de la Bérézina
En avril 1814, il est l'un de ceux qui demandent à l'Empereur d'abdiquer, l'un de ceux qui apportent au tsar la première abdication. Louis XVIII lui fait bon accueil et le nomme commandant de la Garde royale et Pair de France. Quand la nouvelle du retour de Napoléon atteint Paris, il offre au Roi de ramener l'Empereur "dans une cage de fer". En route, il découvre une France bonapartiste. Quand il rencontre Napoléon, Ney est à nouveau acquis à sa cause. Après la défaite, il est arrêté, le 3 août 1815.et fusillé. Ney refuse le bandeau et crie "Soldats, droit au cœur !".

Michel Ney
Maréchal de France
1769 1815